L'école en Corée du sud

Publié le 21 Octobre 2016

L'école en Corée du sud

Le système scolaire coréen est divisé en 5 niveaux : jardin d'enfants et primaire, collège, lycée et université :

  • le jardin d'enfants : (2-3ans) de 3 à 6 ;
  • l'école primaire : (6ans) de 6-7 à 11-12 ;
  • le collège : (3ans) de 12-13 à 14-15 ;
  • le lycée : (3ans) de 15-16 à 17-18 ;
  • l'université : représente les quatre dernières années du schéma éducatif.

 

L’année scolaire, qui débute en mars, se déploie en plusieurs semestres, ceux-ci séparés par les vacances d’été (en juillet et août) qui marquent la transition entre le premier semestre (de mars à fin juin) et le second semestre (de septembre à février), lequel se termine par les vacances d’hiver (fin décembre jusqu'à début février) ; enfin, les vacances de printemps (souvent la première semaine de mars) précèdent la rentrée. Depuis 2012, les écoles primaires et les collèges n'ont plus tenu les cours le samedi.

 

L'école en Corée du sud

Il y a des écoles mixtes mais aussi des écoles uniquement pour filles ou pour garçons. De plus, les élèves portent généralement l’uniforme propre à leurs écoles.

 

L'école en Corée du sud

Les hagwons sont des instituts privés où des professeurs payés à prix d'or préparent les élèves aux examens souvent jusqu'à minuit ou au-delà. Avec 50 heures d'études par semaine en moyenne, les écoliers du pays du Matin-Calme sont les plus assidus de l'OCDE (L'Organisation de Coopération et de Développement Économiques). 

C’est comme cela qu’après avoir démarré la journée de cours vers 8 heures, les étudiants poursuivent leur journée avec des études supplémentaires. Vers 21 h 30, des bus les attendent pour les emmener vers les hagwons. Ils entament alors une deuxième journée de cours. Lors de leur dernière année du secondaire, ils ne dorment que cinq heures par nuit et ont moins d'une heure de temps libre par jour. 

Ce véritable système éducatif parallèle oblige les enfants à des journées de quinze heures de cours, voire plus. Son objectif est de préparer l'examen d'entrée à l'université, lsooneung, l'épreuve la plus importante de la vie d'un jeune Sud-Coréen. En Corée, le diplôme universitaire est une garantie de prestige social et de bon emploi.

Évidemment, cette surcharge de travail à un prix; selon un sondage réalisé en 2009, un tiers des lycéens dort pendant les cours obligatoires. Les enfants sont épuisés, stressés, aigris. Les parents veulent toujours plus de notes, de résultats. Leurs enfants deviennent des marchandises et leur santé psychologique est mise en danger.

En Corée on dénombre, chaque jour, 10 tentatives de suicide.

Autres effets négatifs du système : un esprit critique peu développé et peu créatif, ainsi qu’un manque de réactivité en classe ; les élèves deviennent amorphes.

Pour échapper à la pression des études, de plus en plus de jeunes se dirigent vers des voies plus artistiques. En effet la Hallyu, a permis à la musique sud-coréenne, la K-pop de se propager en une dizaine d’années vers ses pays voisins et, peu à peu, vers le reste du monde ; ce qui a aidé les boys et girls’ bands d’accroitre leur popularité et ainsi faire rêver des millions d’adolescents.

On peut déjà observer les prémices d’une contestation : de plus en plus d’étudiants remettent en question les pratiques éducatives mises en place, mais sortir du système reste difficile.


 

Leçons de jeux  :-)   avec les petits Coréens
Leçons de jeux  :-)   avec les petits CoréensLeçons de jeux  :-)   avec les petits Coréens
Leçons de jeux  :-)   avec les petits Coréens

Leçons de jeux :-) avec les petits Coréens

Rédigé par :e

Publié dans #coinenfants

Repost 0
Commenter cet article